Cris Derksen 04 credit Tanja Tiziana LR.

Gabriela Ortiz

Hominum

Hominum

Suite for orchestra

Suite orchestrale

Gabriela Ortiz’s Hominum (“Humanity”) plays with a kind of synaesthesia, creating a metaphorical sound world between certain colours and matter states to social, political, and philosophical concerns central to the human condition.

It was commissioned by the Instituto Nacional de Bellas Artes, Orquesta Sinfónica Nacional de México, and its Artistic Director, Carlos Miguel Prieto, in celebration of the 100th anniversary of the Political Constitution of Mexico (1917-2017). The following information was provided for the work’s British premiere (Royal Liverpool Philharmonic, November 2, 2017) by flutist and composer Alejandro Escuer, a faculty colleague of Ortiz at UNAM who has recorded an album of her flute music: “During the process of composing Hominum: Concerto for Orchestra in 2016, a kind of synesthesia evolved as certain colors, images, and/or moods took on a gradual and metaphoric significance vis-à-vis the social, philosophical, and political concerns that are central to the human condition. The work is divided into four movements; their titles allude to the mysterious associations and creative manifestations of music through a series of characteristics that represent our existence as a society.

“Black marks the beginning of our primitive, archaic, primeval coexistence among dark rituals, habits, and customs ruled by instinct, elements, and the chaos that prevents humankind from looking out for the common good.

“Light, on the other hand, represents the world of ideas, laws, concepts tailored to a social coexistence founded on principles that, first and foremost, prioritize organization and order.

“In Water describes the equilibrium between the needs of the individual and society at large, the reconciliation of both sides of humanity, two spheres that, floating in suspension, levitate to enable the generation of creativity, transformation, and fulfillment.

“Finally, Red represents our strength upon confronting different manifestations of injustice; it is the emotional product of chaos caused by a lack of equilibrium, impunity, and the corruption of ideas and matter; it is the indignation and struggle against all that keeps us as a society from living together in harmony.”

Hominum (« Humanité »), de Gabriela Ortiz, joue avec une sorte de synesthésie, créant un monde sonore métaphorique entre certaines couleurs et états de la matière pour traduire des préoccupations sociales, politiques et philosophiques centrales à la condition humaine.


Cette œuvre a été commandée par le Instituto Nacional de Bellas Artes, l'Orquesta Sinfónica Nacional de México, et son directeur artistique, Carlos Miguel Prieto, pour célébrer le 100e anniversaire de la Constitution politique du Mexique (1917-2017). Les informations suivantes ont été fournies pour la première britannique de l'œuvre (Royal Liverpool Philharmonic, 2 novembre 2017) par le flûtiste et compositeur Alejandro Escuer, un collègue de faculté d'Ortiz à l'UNAM qui a enregistré un album de sa musique pour flûte : « Au cours du processus de composition de Hominum : Concerto for Orchestra en 2016, une sorte de synesthésie a évolué, alors que certaines couleurs, images et/ou humeurs prenaient graduellement une signification métaphorique par rapport aux préoccupations sociales, philosophiques et politiques qui sont au cœur de la condition humaine. L'œuvre est divisée en quatre mouvements ; leurs titres font référence aux liens mystérieux et aux pouvoirs créateurs de la musique à travers une série de caractéristiques qui représentent notre existence en tant que société.


« Noir marque le début de notre coexistence primitive, archaïque et primordiale au cœur de rituels, d’habitudes et de coutumes obscures dominés par l'instinct, les éléments et le chaos qui empêche l'humanité de veiller au bien commun. »


« Lumière, en revanche, symbolise le monde des idées, des lois, des concepts conçus pour une coexistence sociale fondée sur des principes qui privilégient d’abord et avant tout l'organisation et l'ordre. »


« Dans l'Eau évoque l'équilibre entre les besoins de l'individu et ceux de la société en général, la réconciliation des deux dimensions de l'humanité, deux sphères en suspension qui flottent pour permettre la génération de la créativité, de la transformation et de l'épanouissement. »


« Enfin, Rouge représente notre force devant les différentes manifestations de l'injustice ; c'est le résultat émotionnel du chaos causé par le manque d'équilibre, l'impunité et la corruption des idées et de la matière ; c'est l'indignation et la lutte contre tout ce qui nous empêche, en tant que société, de vivre ensemble en harmonie. »

SPÉCIFICATIONS

Durée :

20'

Mouvements :

I. Black
II. Light
III. In Water
IV. Red

I. Black
II. Light
III. In Water
IV. Red

Rôles :

Alto flute, two oboes, English horn, two clarinets, bass clarinet, two bassoons,
contrabassoon, four horns, four trumpets, three trombones, tuba, timpani, two harps,
piano, celesta, strings

Instrumentation :

Alto flute, two oboes, English horn, two clarinets, bass clarinet, two bassoons,
contrabassoon, four horns, four trumpets, three trombones, tuba, timpani, two harps,
piano, celesta, strings

flûte alto, deux hautbois, cor anglais, deux clarinettes, clarinette basse, deux bassons,
contrabasson, quatre cors, quatre trompettes, trois trombones, tuba, tymbales, deux harpes,
piano, célesta, cordes

Spécifications techniques :

Langue:

CONTEXTE

Date de composition:

2016

Commissaire:

Instituto Nacional de Bellas Artes, Orquesta Sinfónica Nacional de México, and its Artistic Director, Carlos
Miguel Prieto, in celebration of the 100th anniversary of the Political Constitution of Mexico (1917-2017).

Instituto Nacional de Bellas Artes, Orquesta Sinfónica Nacional de México et le directeur artistique, Carlos
Miguel Prieto, pour la célébration du 100e anniversaire de la constitution politique du Mexico (1917-2017).

Représentations:

Premiere: January 27, 2017, Juilliard Orchestra, New York City, Carlos Miguel Prieto conducting

This piece was recently performed by the New World Symphony in November 2019.

Première: 2017, Juilliard Orchestra, New York, sous la direction deCarlos Miguel Prieto

L'oeuvre a été présenté par le New World Symphony en November 2019.

Prix:

Presse:

À PROPOS DU COMPOSITEUR

Gabriela Ortiz is one of the most vibrant musicians emerging on the international scene. Her musical language achieves an extraordinary and expressive synthesis of tradition and the avant-garde, combining high art, folk music, and jazz in novel, refined, and personal ways. 


¡Unicamente la Verdad!, Ortiz's video opera created in collaboration with video artist Ruben Ortiz Torres, has received critical acclaim in Bloomington, Indiana; the Mexico City Festival and Long Beach, California. Recent orchestral commissions include Hominum for the National Symphony Orchestra of Mexico, Yanga for the Los Angeles Philharmonic, and Antropolis for the Louisiana Symphony Orchestra. Her recent opera, Luciérnaga (Firefly), for solo soprano, premiered in 2018 at the Vertice festival. The Royal Scottish National Orchestra recorded and performed her work Hominum in Fall of 2018. 


In fall of 2019, The Los Angeles Philharmonic, Gustavo Dudamel, and the Tambuco Percussion Ensemble performed the world premiere of Yanga; The New World Symphony presented Hominum; and the LA Phil presented the UK premiere of Téenek - Ivenciones de territorio in their London tour. Upcoming commissions include collaborations with the Orchestre symphonique de Bretagne and the Cincinnati Symphony Orchestra.

Gabriela Ortiz est parmi les musiciennes les plus dynamiques et les plus inspirantes à émerger sur la scène internationale. Son langage musical, qui fait appel d’une manière neuve, souvent raffinée et toujours personnelle, aussi bien au grand art et à la musique populaire qu’au jazz, réalise une extraordinaire synthèse, fort expressive, de la tradition et de l’avant-garde. 


¡Unicamente la Verdad!, son vidéo-opéra, a été créé en collaboration avec le vidéaste Ruben Ortiz Torres et a été joué à Bloomington, Indiana, au Mexico City Festival et à Long Beach en Californie. Ses récentes commissions pour orchestre incluent Hominum pour l'Orchestre Symphonique National de Mexico, Yanga pour le Los Angeles Philharmonic et Antropolis pour le Louisiana Symphony Orchestra. Son plus récent opéra, Luciérnaga (Luciole), pour soprano solo, a été présenté en primeur mondiale au Vertice festival en 2018. 


Le Royal Scottish National Orchestra a enregistré et joué son oeuvre Hominum à l'automne 2018. En automne 2019, le LA Phil, Gustavo Dudamel, et l’ensemble de percussion Tambuco ont présenté en primeur mondiale l’oeuvre Yanga; le New World Symphony a présenté Hominum; et le LA Phil a présenté Téenek - Ivenciones de territorio lors de leur tournée à Londres. Ses prochaines commandes incluent des collaborations avec l’Orchestre symphonique de Bretagne et le Cincinnati Symphony Orchestra.

À PROPOS DU LIBRETTISTE

En savoir plus

À propos de l'œuvre